Compatibilité matérielle

Améliorer les performances d'un ordinateur consiste à lui permettre de traiter plus des données par seconde. Ainsi, un ordinateur de 1980 pouvait additionner un million de nombres par seconde tandis qu'un ordinateur de 2000 pouvait en additionner un milliard.

L'accroissement du débit des données nécessite non seulement une amélioration des composants, mais également une amélioration de leurs connexions. Comme le montre la vue interne, il existe un nombre considérable de connexions. Cela rend l'achat séparé de composants délicat ; le risque d'incompatibilité est notable. Il est notamment très difficile de trouver des composants compatibles avec de l'ancien matériel.

Problèmes observables

Les incompatilités ont de nombreux degrés de sévérité :

  • Les performances du composant incompatible sont sous-exploitées.
  • Les capacités du composant incompatible ne sont pas pleinement utilisables.
  • Le composant incompatible n'est pas du tout utilisable.
  • Le composant incompatible rend tout l'ordinateur inutilisable.
  • Il n'y a pas moyen de connecter le composant incompatible.
  • Le composant incompatible est détruit par court-circuit ou surchauffe.
  • L'ordinateur est détruit par court-circuit ou surchauffe.

Liste d'incompatibilités possibles

  • Carte mère
    • Comme la carte mère comporte la plupart des connecteurs, à peu près tous les autres composants peuvent être incompatibles avec elle.

  • Microprocesseur
    • Le socle du microprocesseur doit correspondre à celui de la carte mère (même forme et même nombre de pins).

    • Le modèle exact du microprocesseur doit être supporté par la carte mère. Une incompatibilité dans l'usage de quelques pins du socle est parfois introduite avec un changement mineur de modèle de microprocesseur.

    • La fréquence du microprocesseur doit être supportée par la carte mère. Cette incompatibilité est souvent causée par le fait que le voltage des microprocesseurs dépend de la fréquence, or les cartes mère ne sont pas forcément capables de générer le voltage requis. Dans d'autres cas, c'est en fait le modèle qui change avec la fréquence, mais le fabricant de la carte mère indique une limitation de fréquence car c'est une information plus accessible.

    • La fréquence externe du microprocesseur doit être supportée par la carte mère. Il s'agit de la fréquence du Front Side Bus (FSB). Idéalement la carte mère supporte la fréquence maximale du FSB du microprocesseur.

    • Le logiciel BIOS de la carte mère doit supporter le modèle du microprocesseur. À noter que ce type d'incompatibilité est souvent corrigé dans les versions plus récentes de la carte mère. Il est également possible de mettre à jour le BIOS par une opération logicielle.

  • Ventilateur
    • Le ventilateur doit être compatible avec le socle du microprocesseur.

    • Le ventilateur doit suffisamment refroidir le microprocesseur. Les ventilateurs ne sont garantis que jusqu'à une certaine fréquence de microprocesseur car l'échauffement augmente avec la fréquence. Un microprocesseur non refroidi peut s'enflammer en quelques secondes.

    • Certains ventilateurs peuvent être pilotés par une carte mère mesurant la température et adapter leur vitesse de rotation selon les besoins de refroidissement.

  • Mémoire vive
    • La forme des barettes doit correspondre aux emplacements de la carte mère (SIMM, DIMM, RIMM…)

    • Le type de mémoire (EDO DRAM, SDRAM, DDR-SDRAM, RDRAM…) doit être supporté par la carte mère.

    • La capacité de la mémoire doit être dans la plage de valeurs supportée par la carte mère. En cas de dépassement, il n'est généralement pas possible d'utiliser toute la mémoire vive.

    • La mémoire doit supporter la fréquence d'accès imposée par la carte mère. Idéalement la fréquence de la mémoire correspond à la fréquence maximale de la carte mère.

    • Le voltage de la mémoire doit être compatible avec celui fourni par la carte mère.

    • Le nombre de bancs (single-sided, double-sided) par barette ne doit pas dépasser ce qui est supporté par la carte mère, sans cela tout ou partie de la mémoire vive ne pourra pas être utilisée. Malheureusement, il est pratiquement impossible d'obtenir des renseignements sur le nombre de bancs des barettes en vente.

  • Carte AGP (carte graphique)
    • Il faut que la carte mère ait un emplacement AGP.

    • Le voltage du standard AGP 4× n'est pas compatible avec les anciens standards AGP, une incompatibilité risque de causer une destruction de matériel.

    • Idéalement, la carte graphique supporte le standard AGP le plus rapide supporté par la carte mère.

  • Carte PCI
    • Il faut que la carte mère ait un emplacement PCI libre.

    • Une carte prévue pour le standard PCI 2.1 ne fonctionnera sans doute pas sur une ancienne carte mère ne supportant que le standard PCI 2.0. Malheureusement, il est difficile d'obtenir des informations sur les standards utilisés.

  • Carte ISA
    • Il faut que la carte mère ait un emplacement ISA libre, ce qui devient très rare pour ce standard obsolète.

  • Disques durs et lecteurs/graveurs de CD-ROM
    • Il existe trois standards incompatibles : ATA (aussi appelé IDE), SCSI et Serial ATA (S-ATA). Pratiquement toutes les cartes mères proposent deux connexions ATA. Les connexions S-ATA sont nouvelles et encore peu courantes. Les connexions SCSI sont généralement fournies par une carte PCI.

    • ATA
      • Le nombre de périphériques ATA est limité à quatre (deux par connecteur).

      • Le standard ATA a beaucoup évolué en performances. Il est tout à fait possible de connecter un périphérique de standard ancien sur une carte mère supportant des standards plus récents. Le contraire en revanche peut causer divers problèmes (disque non reconnu, partiellement utilisable…)

      • Il faut une nappe ATA à 80 fils au lieu de 40 pour pouvoir utiliser une connexion aux débits des standards ATA/66 et suivants.

    • SCSI
      • Le nombre de périphériques SCSI est en général limité à sept.

      • Le standard SCSI a beaucoup évolué en performances. Les périphériques SCSI anciens peuvent être connectés à des cartes récentes alors que le contraire est souvent impossible.

      • Il existe deux largeurs de connecteur (8 et 16 bits) appelées narrow et wide, qui ne sont pas compatibles.

    • S-ATA
      • Ce standard est récent, pas encore de problème de compatibilité à signaler.

  • Lecteur de disquette
    • Il n'y a plus eu d'évolution depuis le début des années 1990, pas d'incompatibilité à craindre pour les ordinateurs de bureau.

  • Boîtier et alimentation
    • Le boîtier doit être adapté à la forme de la carte mère. Le format le plus courant est appelé ATX, il a succédé au format AT.

    • Les cartes mère de format ATX requièrent une alimentation compatible ATX. Les cartes mères pour certains microprocesseurs requièrent un supplément d'alimentation spécial (alimentation ATX 2.03).

    • L'alimentation doit être suffisament puissante pour alimenter tous les périphériques. Une alimentation insuffisante peut causer des problèmes de mise en marche et des pannes intermittentes.

  • Clavier
    • Il faut que la prise du clavier corresponde à celle de la carte mère. On trouve typiquement des prises au format AT (DIN), PS/2 (mini-DIN) et USB. Des adaptateurs sont parfois disponibles.

  • Souris
    • Le PC doit être équipé d'un connecteur libre compatible avec la souris série, PS/2 ou USB. Des adaptateurs sont parfois disponibles.

  • Écran
    • La compatibilité de la prise VGA est excellente. On peut brancher d'anciens écrans à de nouveaux ordinateurs et inversément.

    • La prise DVI (connexion numérique) pourrait à terme remplacer la prise VGA.

    • Les écrans prévus pour des ordinateurs qui ne sont pas des PC n'ont pas tous une prise compatible VGA.

  • Imprimante
    • Selon l'imprimante, l'ordinateur doit être équipé d'un port parallèle ou USB libre.

  • Modem
    • Selon le modem, l'ordinateur doit avoir un port série, USB ou un emplacement PCI libre.

  • Port série
    • Ce port est très ancien, aucune évolution récente, aucun risque d'incompatibilité à signaler. Il existe en deux formats, 9 et 25 pins, compatibles grâce à un adaptateur,

  • Port parallèle
    • Ce port est très ancien, aucun risque d'incompatibilité à signaler.

    • Un débit supérieur peut être atteint grâce aux standards EPP/ECP, apparu en 1994, compatible avec les anciens standards.

  • Port USB
    • Ce standard évolue (USB, USB 1.1, USB 2.0). On peut brancher un ancien périphérique sur un ordinateur supportant un nouveau standard.


Powered by W2ML © 2003 Marc Mongenet. Ce document peut être redistribué selon les conditions de la GNU General Public License.